Qui sont les « Baptistes » ?

Une autre manière d’être chrétien en France (par John Stauffacher)

Depuis le 17e siècle, ce mot désigne des chrétiens qui refusent de baptiser les enfants car ils lient le baptême à une démarche consciente et explicite de conversion à Jésus-Christ. Une Église authentique ne compte comme membre que les convertis ayant reçu le baptême d’adulte. L’Église locale est autonome1 sous l’autorité de Jésus-Christ.

Les Églises baptistes insistent sur l’autorité de l’Écriture comme seule base de leur foi, sur la conversion personnelle et sur le devoir d’évangélisation tout en respectant la liberté de conscience pour chacun. Elles ont également le souci d’un engagement fort dans une éthique quotidienne de vie.

Les baptistes ont développé une action missionnaire efficace ; c’est ainsi un baptiste, William Carey (1761-1834), qui fonda une des premières sociétés missionnaires en 1792 et a implanté des Églises baptistes en Inde.

Aujourd’hui, on peut estimer la population baptiste mondiale à au moins 125 millions de personnes, dont un peu plus de 50 millions de membres baptisés par immersion.
Ils représentent la dénomination protestante la plus importante aux USA où l’on dénombre 26 millions de fidèles.
En Europe, le baptisme est minoritaire2 mais c’est un mouvement protestant en forte expansion ces dernières années.

[1] Elle ne dépend d’aucune institution supralocale

[2] 1,1 millions de personnes en 1981, dont la moitié dans l’ancienne Union Soviétique